Le CIAT recrute 01 Spécialiste en protection de l’environnement

Le CIAT recrute 01 Spécialiste en protection de l’environnement

Contexte

Le projet Accelerating Impacts of CGIAR Climate Research for Africa (AICCRA) est géré par Alliance of Bioversity International et l’International Center for Tropical Agriculture (CIAT), le centre lead du Programme CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS). AICCRA est financé par l’Association Internationale pour le Développement (IDA). CCAFS regroupe des chercheurs parmi les meilleurs au monde en sciences agricoles, climatiques et de la terre pour proposer des solutions innovantes fondées sur la recherche qui catalysent un changement positif vers des systèmes alimentaires sobres en carbone et résilients au changement climatique.

AICCRA contribuera à rendre disponibles dans toute l’Afrique les produits de la science de pointe dirigée par le CGIAR. AICCRA veut jouer un rôle de catalyseur essentiel dans le renforcement de l’architecture de recherche agricole en Afrique. Les activités financées dans le cadre de AICCRA seront mises en œuvre par une large coalition de partenaires CCAFS travaillant aux niveaux régional, sous-régional et national. Les investissements AICCRA seront concentrés dans six pays d’ancrage : l’Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Mali, le Sénégal et la Zambie, mais des retombées positives sont attendues dans d’autres pays, car AICCRA travaillera également avec les communautés économiques régionales (REC) d’Afrique et leurs réseaux régionaux associés en matière de recherche agricole et de changement climatique. La durée du projet s’étend de 2021 à 2023.

L’objectif de développement du projet (PDO) est de renforcer les capacités des partenaires et parties prenantes ciblés du CCAFS, et d’améliorer l’accès aux services d’information climatique et aux technologies d’agriculture intelligente face au climat validées dans les pays africains admissibles à l’IDA. Le projet comporte quatre volets : (a) génération et partage de connaissances ; (b) renforcement de partenariats pour la mise en oeuvre ; (c) validation des innovations de l’agriculture intelligente face au climat par pilotage ; et (d) gestion de projet.

Une partie essentielle du travail de projet consiste à assurer la conformité aux exigences en matière de gestion des risques environnementaux et sociaux des institutions de financement et de la législation nationale. Afin de renforcer les capacités au titre du Cadre Environnemental et Social (ESF) de la Banque mondiale, un spécialiste de l’environnement et un spécialiste des questions sociales seront embauchés par l’Unité de gestion du projet (PMU) pour travailler sur les activités du PMU dans le cadre du présent projet. L’un sera basé en Afrique de l’Ouest et l’autre en Afrique de l’Est, mais chaque spécialiste avec des mandats à l’échelle globale du projet.

Cadre du travail

La responsabilité globale du Spécialiste de l’Environnement sera d’assurer l’harmonisation des activités de mise en œuvre du projet avec des engagements au titre du cadre environnemental et social de la Banque mondiale (ESF) et du plan d’engagement environnemental et social (ESCP) et de la législation nationale.

Les activités devant être exécutées par le spécialiste en protection de l’environnement comprennent, sans s’y limiter, les suivantes :

  • Assurer la supervision technique globale de la protection de l’environnement pour la préparation et la mise en œuvre du projet sous la responsabilité générale du gestionnaire du PMU (Directeur du CCAFS). L’accent sera mis sur la gestion des risques environnementaux, y compris les mesures de lutte contre la pollution (notamment la pollution sonore), l’utilisation inappropriée d’engrais, la gestion des parasites, la dégradation des terres, la perte de la biodiversité et la familiarité avec les méthodologies environnementales, et d’autres questions environnementales qui peuvent survenir dans le projet.
  • Coordonner étroitement avec l’équipe de projet, notamment le spécialiste des questions sociales, les consultants, les parties contractantes et les partenaires de mise en œuvre dans la planification, la gestion, le suivi et la communication sur les risques environnementaux et les performances du projet, et fournir l’assistance technique nécessaire.
  • Assurer la coordination nécessaire et la contribution pertinente du système de gestion environnementale et sociale (ESMS) et du plan d’engagement environnemental et social (ESCP) et à d’autres documents de sauvegarde jugés nécessaires pendant la mise en œuvre.
  • Effectuer des visites de terrain régulières sur les sites du projet pour évaluer les impacts environnementaux et vérifier les informations sur le suivi environnemental fournies dans les rapports des parties contractantes et des partenaires de mise en œuvre, y compris la documentation photographique selon le cas.
  • Tenir des registres précis sur la supervision environnementale des activités du projet de manière systémique qui permet de rechercher et de trouver facilement tous les documents à la demande de PMU, de la Banque mondiale et des autorités nationales.
  • Effectuer une diligence raisonnable environnementale et les impacts des projets et élaborer des plans d’action environnementaux applicables pour la mise en œuvre.
  • Conseiller les emprunteurs sur la gestion des risques environnementaux et sociaux complexes. Cela pourrait inclure le renforcement des capacités des emprunteurs, en leur fournissant et en les guidant dans la mise en œuvre de plans d’action correctifs des risques environnementaux et sociaux.
  • Recommander l’embauche de spécialistes en la matière lorsque des questions très complexes sont identifiées dans les projets. Par exemple, si un projet est susceptible d’avoir un impact sur l’habitat essentiel, le consultant peut recommander l’embauche d’un expert en biodiversité pour évaluer l’impact et recommander la voie à suivre.
  • Sélectionner des sous-projets identifiés au titre des projets, en veillant à ce que le processus de sélection soit conforme au ESCP et au ESMF ; et fournir des conseils sur les instruments de protection spécifiques au site requis (par exemple, plan de gestion environnementale et sociale [ESMP], plans de gestion des parasites, plans de gestion de la biodiversité, plans du patrimoine culturel). S’assurer que l’examen préalable des sous-projets est effectué avec précision et que des mesures et des plans d’atténuation sont mis en œuvre en ce qui concerne les questions et risques liés à l’environnement. Faire suivre avec des visites sur le terrain si nécessaire.
  • Coordonner le recrutement de consultants en protection de l’environnement, notamment la rédaction des termes de référence, l’estimation des budgets, la fourniture d’une assistance pour la présélection et l’évaluation des propositions/qualifications des consultants individuels, la négociation et la préparation des contrats.
  • Veiller à ce que les documents d’appel d’offres et les contrats incluent les dispositions nécessaires en matière d’environnement et de suivi.
  • Analyser les rapports de mise en œuvre du projet pour s’assurer que tous les travaux sont réalisés en pleine conformité avec les normes environnementales et sociales du ESF ; superviser les performances des parties contractantes dans le traitement des questions environnementales spécifiques, telles que l’utilisation d’engrais, la gestion de la pollution, la santé et la sécurité au travail, etc.
  • Préparer les parties pertinentes des rapports de suivi environnemental requis, notamment les rapports sur l’état de mise en œuvre des plans de gestion environnementale et sociale (ESMP). Préparation de rapports réguliers sur le suivi de la protection pour le PMU, notamment la préparation du contenu des protections environnementales des rapports d’avancement du projet soumis auprès de la Banque mondiale. Cela implique qu’il faut se charger de la rédaction des sections de la documentation du projet et guider les partenaires dans la mise à jour du manuel de mise en œuvre du projet lié à la protection de l’environnement.
  • Fournir un appui à la coordination pour examiner les instruments environnementaux et assurer la liaison avec la Banque mondiale pour approbation. Examiner la qualité des instruments de gestion des risques liés à l’environnement (par exemple, ESMP) conformément au ESCP qui sont préparés par des consultants avant d’être envoyés à la Banque mondiale pour approbation et apporter des contributions et des modifications, si nécessaire.

Rattachement hiérarchique /communication

Le spécialiste en protection de l’environnement relèvera du responsable chargé du PMU, mais travaillera en étroite collaboration avec les responsables thématiques, régionaux et nationaux de AICCRA ainsi qu’avec les agences nationales pertinentes et les partenaires au développement. Le spécialiste en protection de l’environnement travaillera en équipe avec le spécialiste des questions sociales.

Critères de qualification

  • Être titulaire d’un diplôme en sciences de l’environnement ou en sciences agricoles, de préférence niveau Master, ou d’un diplôme pertinent connexe ; qui comprend une orientation vers les impacts environnementaux du développement agricole.
  • Avoir au moins 8 ans d’expérience dans des domaines liés à la gestion des risques environnementaux tels que la perte de la biodiversité, la pollution par les engrais, la dégradation des terres, le changement climatique, les habitats naturels, etc.).
  • Avoir une expérience en Afrique sur le respect des politiques de protection de l’environnement.
  • Avoir de bonnes connaissances des réglementations/directives et opérations pertinentes des organisations multilatérales de développement et des agences d’exécution. Avoir au moins 2 ans d’expérience professionnelle dans les organisations internationales.
  • Avoir une expérience et des compétences avérées dans la gestion de projets.
  • Avoir une capacité avérée à travailler avec plusieurs parties prenantes, notamment les entités gouvernementales, les organisations de la société civile (OSC), les collectivités locales et le secteur privé.
  • Avoir de solides connaissances de Microsoft Office, avec des compétences avancées en PowerPoint/présentation.
  • Avoir d’excellentes compétences en communication écrite et orale en anglais. Une maîtrise supplémentaire de la communication écrite et orale en français est essentielle et requise pour l’expert basé en Afrique de l’Ouest.

Compétences requises

  • Connaissances et expérience en développement international – comprendre le processus d’élaboration des politiques et les traités internationaux sur le changement climatique ; faire des recommandations/tirer des enseignements pertinents sur le plan opérationnel pour les clients.
  • Compétences en dialogue politique – Identifier et évaluer les questions politiques et jouer un rôle actif dans le dialogue avec le gouvernement et/ou d’autres parties prenantes.
  • Compétences intégratives – Travailler pour développer une vision intégrée dans tous les aspects du secteur actuel.
  • Orientation client – Assumer la responsabilité personnelle et la responsabilité de répondre en temps opportun aux questions, demandes ou besoins des clients, en s’efforçant d’éliminer les obstacles qui peuvent entraver l’exécution ou le succès global.
  • Soucieux des résultats- s’assumer et prendre la responsabilité personnelle de respecter les délais et d’atteindre les résultats escomptés et disposer de l’organisation personnelle pour y parvenir.
  • Travail d’équipe (collaboration) et inclusion – Collaborer avec les autres membres de l’équipe et contribuer de manière productive au travail et aux résultats de l’équipe, en démontrant le respect des points de vue non partagés.
  • Connaissances, apprentissage et communication – Chercher activement les connaissances nécessaires pour accomplir les tâches et partager ses connaissances avec les autres, en communiquant et en présentant les informations de manière claire et organisée.
  • Jugement opérationnel et prise de décision analytique – Analyser les faits et les données pour étayer des décisions judicieuses et logiques concernant votre travail et celui des autres.

Pour postuler

Les candidat(e)s sont invité(e)s à envoyer une lettre de motivation illustrant la pertinence de leur profil pour le poste ci-dessus par rapport aux qualifications, compétences et aptitudes, accompagnée d’un curriculum vitae détaillé, comprenant les noms et adresses de trois personnes de référence connaissant les qualifications professionnelles et expériences de travail du candidat(e). Toute correspondance doit être adressée au Bureau des ressources humaines, à ([email protected]) et doit clairement indiquer «Candidature: Spécialiste en Protection de l’Environnement».

Veuillez noter que les candidatures n’incluent pas toutes les informations/pièces décrites ci-dessus ne seront pas prises en compte. Seuls les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s pour des entretiens.

Date de clôture des candidatures : 25 août 2021.

Pour postuler, envoyez votre CV et votre lettre de motivation par e-mail à [email protected]

 

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire  -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun  -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

👨‍💻👩‍💻 Groupe Télégram pour télécharger et regarder les séries et films  🙋‍♂️ Groupe Télégram l'actualités internationale  👨‍💻👩‍💻 Groupe Télégram pour télécharger et regarder les séries et films  🙋‍♂️ Groupe Télégram les informations ; Buzz et autres 

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Le CIAT recrute 01 Spécialiste en protection de l’environnement Loading ...

Laisser un commentaire